Le Passe-Miroir, livres I et II – Christelle DABOS*****

Les fantastiques aventures d’Ophélie la Liseuse d’objets.
IMG_20180309_132133_431 (2)

Depuis la Déchirure, le monde est divisé en clans qui vivent chacun sur leur arche aérienne. Ophélie, dotée du pouvoir de passer à travers les miroirs, est la Liseuse d’objets du clan des Anima et veille sur le musée de sa famille, jusqu’au jour où elle aprend qu’elle doit se marier avec Thorn qui appartient au puissant et mystérieux clan des Dragons. Elle va devoir quitter sa famille, découvrir la Citacielle où elle va désormais vivre et déjouer des complots qui visent à empêcher ce mariage…

« – Il n’y a que deux catégories de femmes dans l’entourage de notre seigneur Farouk. Celles qui cèdent leurs charmes et celles qui cèdent leurs services. Si vous ne participez pas à son plaisir, vous ne survivrez pas longtemps, ici. Puis-je voir vos mains, ma colombe? Après une hésitation perplexe, Ophélie déboutona ses gants. De ses ongles rouges affûtés comme des lames, Cunégonde redessina les lignes de ses paumes avec une expression fascinée.  – Elles sont si petites et si ordinaires… Vous possédez pourtant les mains les plus craintes de toute la Citacielle. – A cause du Livre de Monsieur Farouk? s’étonna Ophélie. – Les objets n’ont aucun secret pour vous. En d’autres termes, vous êtes susceptible d’éventer toutes les cachotteries de la cour, et elles sont innombrables. »

  • INTRIGUE: ♦♦♦♦♦
  • PERSONNAGES: ♦♦♦♦♦
  • ECRITURE: ♦♦♦♦♦
  • ORIGINALITE: ♦♦♦♦♦

Les deux premiers tomes d’une saga qui a déjà séduit des milliers de lecteurs et pour cause: une anti-héroïne maladroite et attachante, de l’aventure et de nombreux rebondissements, un foisonnement de personnages fouloques ou inquiétants, du surnaturel et du merveilleux à chaque page… On pense à Alice au pays des Merveilles ou à Harry Potter, mais en mieux!!! Un roman initiatique complexe, subtil et parfaitement maitrisé qui nous emmene très loin dans un univers extrèmement visuel débordant de fantaisie (la richesse de la description de la Citacielle et de ses occupants). Avec un style fluide et plein d’humour, C. Dabos ne nous laisse, comme à son héroïne, aucun répit, et nous sommes comme elle, curieux de savoir jusqu’où nous allons être entraînés. Du grand art littéraire!! 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s