Un bon écrivain est un écrivain mort – Guillaume CHEREL **

Dix écrivains pris au piège d’un huis-clos mortel.
IMG_20180309_132231_432 (2)

Un débat littéraire, organisé par un hôte mystérieux dans un ancien monastère du sud de la France, réunit la fine fleur de la littérature française contemporaine. parmi eux: Michel Ouzbek, Christine Légo, Yann Moite, Jean de Moisson… Mais dès leur arrivée, rien ne se passe comme pévu: une menace semble planer dans ce lieu reculé et les participants ne se sentent pas en sécurité.

« Le lendemain matin, Amélie Latombe se leva la première pour écrire dans la cuisine. Avant de quitter sa cellule, elle leva les yeux vers la comptine accrochée à la porte. « Dix grands écrivains s’en furent prendre leur repas, l’un d’eux mangea à s’en étouffer, il n’en resta plus que neuf… » C’est horrible, exactement comme hier soir, songea-t-elle. Et comme dans cette histoire d’Agatha Christie. Lorsqu’elle arriva dans la cuisine, elle céda à la perplexité. Les sourcils froncés, le chapeau de travers, elle regardait les figurines au centre de la table. Il y en avait dix, la veille. Ce matin, la moitié des statuettes avaient disparu. Elle n’en dénombra plus que cinq! »

  • INTRIGUE: ♦
  • PERSONNAGES: ♦♦♦
  • ECRITURE: ♦♦♦
  • ORIGINALITE: ♦♦♦

L’idée de départ est excellente: une parodie de roman policier en huis-clos, avec pour modèle les « Dix petits nègres » d’Agatha Christie et qui se moque du milieu littéraire parisien dont l’auteur possède une solide connaisance. Les 80 premières pages du roman sont consacrées aux portraits des différents écrivains qu’il est amusant de reconnaitre derrière les jeux de mots des noms et les descriptions caricaturales assez drôles et très vivantes. Malheureusement, ensuite, l’histoire ne démarre jamais vraiment: la trame de fond (la disparition des écrivains) reste secondaire et l’intrigue s’essouffle trop vite pour tomber dans l’insignifiance et le grand guignol. Quelques bons mots ne suffisent pas à combler l’aspect un peu bâclé de l’ensemble et principalement de la fin. Une grosse déception au final. 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s