Caresser le velours – Sarah Waters *****

L’apprentissage de l’amour et de la sexualité dans l’Angleterre victorienne.
IMG_20180312_125703_844

L’avenir de Nancy est tout tracé: servir dans le restaurant d’huîtres de ses parents sur la côte du Kent. Sa rencontre avec Kitty, chanteuse de music-hall travestie en homme, va bouleverser sa vie. En la suivant, elle va découvrir la vie de bohème et les bas-fonds de Londres, mais surtout se découvrir elle -même et son amour pour les femmes.

« Je savais que je ne remballerais pas mes affaires, que je ne dirais pas adieu à Kitty dès le lendemain matin. Je m’étais trop avancée, je ne pouvais plus revenir en arrière. Je resterais avec elle, mais il faudrait que notre vie commune s’ordonne comme elle le voulait. Il faudrait ravaler les drôles de désirs qui me mettaient sur des charbons ardents, la regarder simplement comme une «sœur». Être une sœur pour Kitty, ce serait toujours mieux que d’être rien, de ne pas exister pour elle. Si ma tête et mon cœur et la flamme qui se tordait au plus intime de moi-même, si tout mon être protestait et criait au scandale, tant pis. Il me faudrait apprendre à me taire. J’avais le choix ou d’aimer Kitty comme elle m’aimait, moi, ou de renoncer à jamais pouvoir lui donner mon amour. Or, je le savais. Ne pas pouvoir l’aimer, ce serait terrible. »

  • INTRIGUE: ♦♦♦♦♦
  • PERSONNAGES: ♦♦♦♦
  • ECRITURE: ♦♦♦♦♦
  • ORIGINALITE: ♦♦♦♦♦

Jeune ingénue de province, puis artiste travestie, prostituée, femme entretenue, militante, Sarah Waters nous donne à suivre le parcours initiatique de sa jeune héroïne dans le Londres de la fin du XIXème siècle. Des lieux mondains au ruelles sordides, on découvre avec elle la difficulté d’assumer son statut de femme en général et de vivre son homosexualité à une époque une bienséance de façade peut cacher la perversion la plus extrème La description historique et sociologique de l’Angleterre victorienne est extrèmement réaliste: le monde du music-hall, les différences de classes, la montée du féminisme et du socialisme. les paysages, le vocabulaire, les costumes, les moeurs… A travers ses multiples existences faites de rencontres et de pertes, Nancy se construit, passe de la femme qui subit à celle qui s’assume et s’affranchit, et trouve enfin sa place. L’écriture est d’une grande sensualité, très explicite pour certaines scènes érotiques mais toujours élégante. Un grand roman pas seulement lesbien, mais véritablement féminisme et engagé! 

5 ROMANS SUR L’HOMOSEXUALITE FEMININE

  • Carol (Le prix du sel) – Patricia HIGHSMITH
  • Thérèse et isabelle – Violette LEDUC
  • Le pur et l’impur – COLETTE
  • Derrière la porte – Sarah WATERS
  • Une si jolie robe – Fan WU

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s