Kabukicho – Dominique SYLVAIN****

Une plongée dans le quartier des plaisirs et la cité des mensonges.

IMG_20180408_153224_788À la nuit tombée, Kabukicho devient le quartier le plus sulfureux de Tokyo. Kate Sanders est la plus recherchée des hôtesses du Club Gaïa, l’un des derniers lieux où les fidèles apprécient plus le charme et l’exquise compagnie féminine que les plaisirs charnels. Le jour la jeune femme disparaît, son père reçoit sur son téléphone portable une photo où elle apparaît, les yeux clos, suivie de ce message : « Elle dort ici.». L’enquête commence.

« Une fois franchi le portique rouge qui marquait avec une efficacité symbolique l’entrée du quartier chaud, les lumières vous irradiaient et la vitalité du lieu vous contaminait. Le moindre immeuble recelait un essaim de bars, salons de massage, restaurants empilés les uns au-dessus des autres, chacun signalé par une enseigne agressive. C’était l’heure où les pros de l’industrie du sexe se pressaient vers leurs lieux de travail et où les premiers clients erraient déjà de bar en bar, de soapland en love hotel, de sex-shop en théâtre bondage ou en arcades de jeux électroniques. La passivité poussiéreuse et rouillée du jour était repliée, roulée comme un vieux décor, la foule reprenait petit à petit possession du dédale de rues transfigurées. […] Abondance de rires, de désirs et de détermination, ces mille voix entremêlées, celles du peuple de la nuit. »

  • INTRIGUE: ♦♦♦♦♦
  • PERSONNAGES: ♦♦♦♦
  • ECRITURE: ♦♦♦♦
  • ORIGINALITE: ♦♦♦♦

Dans cet excellent roman noir, le lecteur est vite entraîné dans l’atmosphère particulière et vénéneuse de la face cachée de la capitale nippone. Dominique Sylvain connaît bien le Japon pour y avoir vécu et cela se sent dans son écriture: l’enquête, bien ficelée, agréable de bout en bout (une fin peut-être un peu rapide?), est surtout un prétexte à une immersion totale dans le Tokyo de la nuit, où tout est possible, où chacun est libre de montrer sa vraie personnalite ou au contraire de porter un masque. Les personnages, peu nombreux, sont fouillés, complexes, consistants: Yudai, le roi des nuits tokyoïtes; Sanders qui a sacrifié sa famille à son égoïsme; Marie, la jeune femme énigmatique; Yamada, le flic cassé et mis à l’écart. Et Kate, la fascinante disparue, dont le portrait se livre progressivement à travers le regard des autres. Chacun joue avec la réalité, sa réalité, se ment à lui-même et aux autres dans une société où les règles sont primordiales mais où l’on s’arrange avec elles, où la morale n’est jamais très loin de sa transgression, où la frontière entre le Bien et le Mal reste floue. Une nouvelle réussite pour une des reines françaises du polar! 

5 romans de Dominique Sylvain

  • Passage du désir
  • La fille du samouraï
  • Manta corridor
  • L’absence de l’ogre
  • Vox

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s