Ciseaux – Stéphane MICHAKA***

Les tumultueuses relations d’un écrivain et son éditeur.

IMG_20180413_081724_513Raymond est un homme dont la vie entière est placée sous le signe du naufrage: une enfance compliquée, un mariage jeune avec une copine de lycée enceinte à seize ans, de nombreux déménagements, des petits boulots abêtissants. Il écrit des nouvelles qui ne trouvent que peu d’écho jusqu’au jour où il est contacté par Douglas, un éditeur à la recherche de nouvelles voix. Celui-ci va devenir à la fois son sauveur et son bourreau.

« Les affres du départ. J’y suis habitué. Tous les écrivains les ressentent. A l’instant de monter à bord, ils imaginent le pire. Comme si j’allais naufrager leurs histoires. Raymond s’est inquiété. Il a vu les coupes et il a pris peur. il pense que ses nouvelles vont devenir… un émincé de Raymond. Ce n’est pas ce que font mes ciseaux. Ils le savent, ceux que j’ai fait monter à bord. Ils le savent et ils me remercient. Prenez Raymond, puisqu’il s’agit de lui. Cette nouvelle sur une femme qui éprouve de la répulsion pour son mari. Elle est allongée dans la chambre. Quand son mari grimpe sur le lit, quand il s’approche pour l’enlacer, Raymond écrit qu’elle « remue les jambes ». Trop prévisible, bien trop timoré. Je barre « remue » et je mets « écarte ». Elle écarte les jambes. Raymond, parfois, a des pudeurs de midinette. »

  • INTRIGUE: ♦♦
  • PERSONNAGES: ♦♦♦
  • ECRITURE: ♦♦♦♦
  • ORIGINALITE: ♦♦♦

S. Michaka s’empare de la vie du novelliste américain Raymond Carver pour écrire une biographie romancée et explosée, un roman polyphonique qui nous propose différents points de vue sur l’écrivain: Raymond lui-même, sa femme et son ex-femme et Douglas son éditeur. A cela s’ajoute des extraits de nouvelles insérés à l’intérieur du texte. Avec un style très vif, l’auteur montre très bien les relations difficiles entre l’écrivain et Douglas, cette dépendance du premier, à l’alcool d’abord, aux initiatives du second ensuite pour modifier et couper ses textes jusqu’au minimalisme (le surnom de Douglas, personnage méprisant et hautain, est d’ailleurs Ciseaux!). C’est un homme blessé qui est prêt à tous les sacrifices pour être publié, pour exister. L’image des ciseaux est aussi symbolique du projet du roman: nous donner des bribes, des morceaux épars de la vie et de l’oeuvre de Carver. Si la composition du roman est brillante, l’absence de véritable intrigue et la multiplication des points de vue rendent l’ensemble un peu répétitif (l’alcoolisme, les problèmes familiaux, les doutes face à la création…) et l’insertion des passages de nouvelles casse le rythme. Peut-être faut-il déjà connaître l’oeuvre de Carver pour apprécier pleinement ce livre aux multiples références. Un roman qui peut donner envie de connaitre cet écrivain.

5 romans dont le héros est un écrivain

  • L’écrivain national – Serge JONCOUR
  • Misery – Stephen KING
  • Le monde selon Garp – John IRVING
  • L’amour et les forêts -Eric REINHARDT
  • La vérité sur l’affaire Harry Québert – Joël DICKER

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s