Les délices de Tokyo – Durian SUKEGAWA****

« Ecoute la voix des haricots »

IMG_20180415_122344_373Sentaro, pour effacer une dette,  gère une pâtisserie à Tokyo spécialisée dans les dorayaki, un gâteau confectionné à partir de pâte de haricat rouge, le An. La routine s’installe jusqu’au moment où Tokue, une dame âgée, lui propose ses services pour préparer une pâte bien meilleure que la sienne et qui va bientôt faire affluer les clients. Mais Tokue porte un lourd secret…

« D’abord, quand l’eau frémissait, elle y ajoutait immédiatement de l’eau froide. Après avoir répété cette manoeuvre plusieurs fois, elle égoutta les haricots et jeta l’eau de cuisson. Puis elle les remit dans le sawari, qu’elle remplit cette fois d’eau tiède. Tokue expliqua que ce procédé permettait de rendre les haricots plus digestes. Leur amertume et leur âpreté étaient ainsi éliminées avec l’eau. Ensuite, en les remuant délicatement avec une cuillère en bois, elle les fit lentement mijoter à feu doux. A chacune de ces étapes, Tokue approchait son visage si près des haricots qu’il baignait dans le vapeur d’eau. Que regardait-elle? Les haricots azuki subissaient-ils une quelconque transformation? Sentaro fit lui aussi un pas en avant et examina les haricots disparaissant sous un nuage de vapeur. Mais il ne discerna aucune évolution significative. »

  • INTRIGUE: ♦♦♦♦
  • PERSONNAGES: ♦♦♦♦
  • ECRITURE: ♦♦♦♦
  • ORIGINALITE: ♦♦♦♦

Il ne faut pas se fier à la douceur du titre et aux couleurs pastel de la couverture: l’histoire, dure et poignante, raconte la rencontre de deux êtres malmenés et cabossées par la vie, qui se ressemblnet bien plus qu’ils ne le soupçonnent au début et qui portent le poids d’un passé difficile. Le roman évoque par ailleurs la peur de la différence à travers une partie de l’histoire méconnue du Japon dans un style smple, poétique et sans fioritures. Le temps est comme suspendu pendant la lecture, selement rythmée par un cerisier qui nous rappelle le passage des saisons; on a l’impression de voir les pétales de fleurs danser dans le vent et de sentir le parfum sucré des gâteaux. Il s’agit d’une histoire délicate de compassion et de transmission (pas seulement d’une technique de cuisine, mais d’un art de vivre et de valeurs), un roman gourmand, dépaysant et sensible. Et qui donne irrésistiblement envie de croquer un dorayaki sortant du four!

5 romans autour de la cuisine

  • Mangez-moi – Agnès DESARTHE
  • Refaire le monde – Julia GRASS
  • La cheffe – Marie NDIAYE
  • Le festin de Babette – Karen BLIXEN
  • Chocolat – Joanne HARRIS

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s