Cité 19 – Stéphane MICHAKA****

Le véritable pouvoir des rêves : bienvenue dans la Cité 19!

IMG_20180421_141457_186Que faisait le père de Faustine à minuit en haut de la Tout saint-Jacques? Et qui l’a précipité dans le vide? Convoquée pour identifier le corps, la jeune fille ne le reconnait pas. Persuadée qu’il a été enlevé, elle suit la trace d’un étrange personnage dans les couloirs du métro Cité, perd connaissance et se réveille 150 ans plus tôt… A moins que tout cela se soit qu’une illusion…

« Devant elle, ce n’était plus un trompe-l’oeil en miniature, mais le jardin des Tuileries tel qu’elle l’avait vu un jour en collant ses yeux à un stéréoscope. L’appareil superposait deux photos en donnant l’illusion du relief. Mais les Tuileries qu’elle voyait en ce moment avaient l’épaisseur et les couleurs du réel. Les promeneurs étaient si nombreux qu’une armée de costumières avait dû les vêtir. Hauts-de-forme, redingotes, cannes pomelées: aucun accessoire ne manquait. Les femmes marchaient en se tenant bien droites, soulevant d’une main leurs robes à volants brodés. […] Faustine respirait à nouveau, d’une respiration de plus en plus agitée. Elle regarda vers la rive gauche. Comme dans le panorama où elle avait repris connaissance, la tour Eiffel n’était pas visible. En pleine confusion, elle murmura – Je suis où, là? Elle n’osait pas dire : Quand? »

  • INTRIGUE: ♦♦♦♦
  • PERSONNAGES: ♦♦♦♦
  • ECRITURE: ♦♦♦
  • ORIGINALITE: ♦♦♦♦♦

Si les premières pages appartiennent au registre de la littérature jeunesse (héroïne adolescente rebelle, découverte de soi même et des sentiments) avec une mise en place de l’intrigue sans grande originalité (et même un peu lourde), le reste de ce roman en deux tomes oscille très habilement entre thriller, roman historique et science-fiction. Les deux étages de l’histoire (le retour dans le passé et un présent dystopique) sont extrèmement bien construits, avec une imbrication de plus en plus subtile au fur et à mesure de l’avancée du récit. La reconstititon du Paris du Second Empire est très vivante et documentée: nous suivons avec plaisir et intéret les bouleversements urbains d’Hausmann, les débuts de la presse, les prémices de la révolte qui va conduire à la Commune. Du coté de la science-fiction, l’intrigue tient également la route: Faustine va peu à peu comprendre que ce voyage dans le temps est un simulacre, une manipulation. Les chapitres sont courts, rythmés avec de nombreux personnages et des rebondissements comme dans les romans feuilletons du 19ème siècle, et beaucoup d’inventivité. Pour sa première incursion dans la littérature « young adult », l’auteur propose un formidable dyptique à conseiller à des adolescents pour leur donner envie de découvrir par la suite Bel-Ami, Les Misérables ou Le Ventre de Paris de Zola. Un très bon moment de lecture.

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s