Récidive – Sonja DELZONGLE ****

Le compte à rebours est enclenché.

IMG_20180501_093511_818Saint-Malo, hiver 2014. Tout juste sorti de prison, Erwan Kardec contemple savoure sa liberté. Il y a vingt-cinq ans, il a tué sa femme devant leur fille Hanah. Jamais il n’aurait été démasqué si la fillette n’avait eu le courage de le dénoncer. Malade et nourri d’une profonde haine, il n’a qu’une idée: la retrouver avant de mourir. À New York au même moment, Hanah Baxter, devenue profileuse, se sent épiée et surveillée. La confrontation semble inévitable.

« J’avais depuis quelques temps une douleur récurrente dans le dos, juste sous l’omoplate, ici, fit Baxter, deux doigts posés sur le point douloureux dans une gymnastique inconfortable. J’ai fini par consulter et passer des radios que j’ai montrées à un ami pneumologue. Ses conclusions rejoignent celles du radiologue: il s’agit d’un morceau de métal provenant d’une balle de fusil ou d’une arme de poing. Or, je n’ai pas le moindre souvenir d’avoir été blessée, malgré une profession à risque. Je suis profileuse et je vais sur le terrain la plupart du temps, où les enquêteurs sont exposés. Ce qui me laisse supposer que ça s’est produit dans un passé lointain, plutôt l’enfance, la toute petite enfance même. cet ami m’a conseillé la régression par l’hypnose. […] C’est presque incroyable, reprit Baxter, mais une pièce à conviction est logée là, à l’intérieur de mon corps. »

  • INTRIGUE: ♦♦♦♦
  • PERSONNAGES: ♦♦♦♦
  • ECRITURE: ♦♦♦♦
  • ORIGINALITE: ♦♦♦♦

Dès les premières pages, Sonja Delzongle ancre son intrigue de façon très habile: que peut-il bien avoir de commun entre un naufrage au large de Saint-Malo en 1905, et l’histoire de Hanah et de son père ? Par quel détours va-t-elle mener son intrigue à terme? Il faut dénouer le fil, tout au long des chapitres pour comprendre ce lien. Déjà héroïne des deux précédents romans de l’auteure, Hanah ne s’engage pas cette fois sur le terrain d’une enquête en temps que professionnelle, mais pour son compte personnel, sur son propre passé douloureux et obscur (mais le roman peut être lu indépendemment des autres). Voilà un polar très bien construit, riche en rebondissements (les parcours parallèles de la profileuse et de son père entre New-York et St-Malo, en léger décalage temporel pour ménager le suspense), avec des personnages complexes et fouillés. D’une grande noirceur psychologique (Erwan Kardec est un véritable monstre, certaines descriptions sont d’un réalisme cru), le roman sait aussi faire la part belle aux paysages de la côté d’Emeraude et aux rapports humains. Il fait aussi écho à des problèmes de société, tels que le rejet de la différence et l’homophobie. Une intrigue totalement addictive, rythmée et passionnante. Sonja Delzogle est désormais un nom incontournable du monde du polar.

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s