Black blocs – Elsa MARPEAU *

IMG_20180729_114758_860.jpgPost-doctorante en physique moléculaire, assistante à la fac, Swann mène une vie insouciante. Un soir, en rentrant chez elle, elle tombe sur le corps sans vie de son compagnon, Samuel, jeune professeur de sociologie. Alors qu’elle se prépare à faire son deuil, elle découvre que l’homme avec qui elle partageait sa vie n’était pas celui qu’elle croyait: une petite maison à Montreuil, un groupe de jeunes anarchistes, un livre que Samuel aurait écrit…

« A cinq heures, Swann ne dort pas. Elle sort sans faire claquer la porte. C’est jour de marché. Des hommes exposent leurs caisses de fruits sur des tréteaux. Swann s’allume une cigarette. Elle attrape un bus. Les murs, les vitrines, les pancartes défilent. Une ribambelle de flashes colorés derrière la buée du pare-brise. Pause, seule à la terrasse d’un café. Des talons claquent sur le pavé. Mécaniquement, elle pense talons couloirs de la morgue, talons corps de Samuel, carreaux au sol, claquement de tiroir. Orbites vides. Elle commande un café serré. Le trottoir sous ses pieds, les magasins, les lumières, la buée, le couinement des klaxons. Bruit de pneus qui crissent, vrombissements de moteur. Murs, ponts, portes aux teintes mourantes, angles droits défigurés. Ciel encore strié de lignes droites et d’étoiles. D’ici quelques heures, on enterrera Samuel. Elle allume une autre cigarette. Elle essaie de contrôler sa respiration. »

  • INTRIGUE: ♦♦
  • PERSONNAGES: ♦
  • ECRITURE: ♦♦
  • ORIGINALITE: ♦♦♦

Un roman dont j’ai commencé la lecture en raison de son sujet: les groupes de jeunes anarchistes radicaux qui viennent régulièrement troubler les manifestations partout en Europe en faisant souvent usage d’une grande violence. Qu’un polar à résonnance politique s’empare de ce thème pouvait être extrèmement intéressant. Malheureusement, n’est pas Dominique Manotti qui veut. De fait, l’auteur tisse une intrigue qui tient plutôt du thriller psychologique, écrit du point de vue de Swann qui tente de comprendre les ressorts de l’assassinat de son compagnon. Malgré un découpage précis et de chapitres brefs et même si le récit s’imprègne du contexte social et des événements politiques français, l’action peine vraiment à se mettre en route et on suit laborieusement la jeune femme dans son enquête parsemée de doutes sur fond de vacillement mental (ses angoisses à la limite de la paranoïa). Le personnage même de Swann pose problème: floue, difficile à cerner, d’une extrème froideur (la scène où elle découvre le cadavre de Samuel est assez représentative et même choquante), d’une grande naïveté à certains moments, cette narratrice manque totalement de crédibilité et j’ai éprouvé du mal à m’immerger dans son enquête et ses états d’âme. Le style froid et neutre, heurté n’aide pas à ressentir la moindre empathie pour elle. L’intrigue semble trop artificielle, les membres des Black blocs sont réduits pour l’essentiel à des gamins irresponsables, tandis que les policiers sont soit d’odieux cyniques soit de purs psychopathes… Le propos est noir, marqué d’épisodes aussi glauques et intenses qu’inattendus. L’intrigue semble s’enliser dans un labyrinthe sans issue. Et j’avoue ne pas avoir eu la patience d’aller jusqu’au bout… Premier abandon de l’année donc… Un polar tout à fait dispensable…

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s