Bleak House – Charles DICKENS ****

IMG_20180809_163321_563 (1).jpgPublié en 20 feuilletons entre 1852 et 1853, ce roman décrit l’Angleterre comme une « Bleak House« , une demeure de désolation, en particulier le système judiciaire présenté comme tentaculaire, corrompu et inefficace. Le fil conducteur est l’histoire d’une succession contestée, l’affaire « Jarndice contre Jarndice » qui dure depuis des années, à laquelle personne ne semble plus rien comprendre et dans laquelle sont impliqués des dizaines de personnages.

« Ce vieil homme est d’aspect rouilleux, mais il a la réputation d’avoir tiré bon profit de contrats de mariage aristocratiques et de testaments aristocratiques et d’être fort riche. Il est environné d’un halo de confidences familiales, dont on sait qu’il est le dépositaire silencieux. Il est de nobles mausolées enracinés depuis des siècles dans des clairières reculées au fond de certains parcs, parmi les futaies et les fougères en pleine croissance qui contiennent peut-être moins de nobles secrets qu’il n’y en a, allant et venant au grand jour parmi les hommes, enfermés dans la poitrine de M. Tulkinghorn. Il est de ce qu’on appelle la vieille école (expression désignant en général toute école qui semble n’avoir jamais été jeune) et porte une culotte courte attachée au genou par des rubans, ainsi que des guêtres ou des bas. Un trait particulier de ses vêtements noirs et de ses bas noirs, de soie comme de laine, est qu’ils ne brillent jamais. »

  • INTRIGUE: ♦♦♦♦
  • PERSONNAGES: ♦♦♦♦
  • ECRITURE: ♦♦♦♦♦
  • ORIGINALITE: ♦♦♦♦

Sur fond d’un interminable procès, impliquant une cinquantaine de personnages, Bleak House est le grand roman juridique de Dickens, qui dénonce une institution devenue folle. Raconté par deux personnages différents, de manière très moderne, le récit, qu’il est difficile de résumer en quelques lignes, met en jeu tout un réseau de coïncidences, plusieurs fausses pistes et nombre d’espoirs déçus ou trahis. Une partie du récit est prise en charge par Esther, une jeune fille élevée par sa tante qui n’a cessé de lui répéter qu’elle était la honte de sa famille. Elle va devenir grâce à John Jarndice gouvernante et comprendre le mystère de ses origines, ainsi que ses liens avec cette fameuse succession. John Jardyce est un homme généreux et excentrique, entouré de ses pupilles. Ils vont d’une ville à l’autre et rencontrent sans cesse de nouveaux personnages excentriques, loufoques ou mystérieux dans un tourbillon savamment organisé (mieux vaut quand même bien suivre!) et avec un sens aigü de la description et de l’ironie. De cette galerie de personnages, je retiens en particulier Mlle Flite, vieille excentrique qui assiste à toutes les sessions de la Chancellerie; Mrs Tellyby, une philanthrope qui se préoccupe davantage des indigènes africains que de sa propre famille (le féminisme naissant n’est pas ici présenté sous son meilleur jour…); Jo, le jeune balayeur qui vit dans la rue; ou encore Mr Turveydrop, obsédé par le maintien, représentant un idéal de comportement dépassé et tyranisant son fils. A côté de cette intrigue une seconde, sombre et serrée, policière et criminelle, dont on ressent la très nette influence de son ami romancier Wilkie Collins. Le roman est en effet plein de scènes cruelles et barbares et neuf personnages parmi les principaux protagonistes meurent de façons diverses : l’un sera assassiné, les autres succombent à la phtisie, à la douleur, au remords, à la folie ou à la paralysie; l’un d’eux, Krook, finira de façon « extraordinaire » et partira littéralement en fumée comme des particules de suie grasses qui inondent la ville de Londres. Une attaque contre le système judiciaire, une satire de moeurs, un drame, une roman policier: Dickens lie avec une virtuosité narrative l’expérience domestique aux grands problèmes publics, même si la multiplication des personnages freine à certains moments l’avancée et la transparence de l’histoire. Un fascinant et étourdissant roman, encore extrèmement moderne.

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s