L’embaumeur – Isabelle DUQUESNOY *****

IMG_20180812_160924_372.jpgAprès la Révolution, dans un Paris en proie à la misère et à la violence, pour échapper à sa mère tyrannique et séduire Angélique, Victor Renard, jeune homme au physique disgrâcieux, apprend le métier d’embaumeur auprès du bienveillant maître Joulia. Il va découvrir avec lui l’anatomie, l’art de momifier les corps et les coeurs des défunts mais aussi le fructueux mais illégal commerce des organes.

« Ma tête s’enflamma de mille énigmes. Quelle était l’utilité au fond de « soigner » un mort, puiqu’il « tait vain d’espérer le guérir de son état? Etait-il possible – raisonnable – d’entretenir une dépouille qui, dès le trépas, virait au vert, puis torunait au violet, pour finir jaunasse, alors que, aux premières pluie d’automne, la boue ruisselante des monticules dénuderait les os que des garnements de chargeraient d’essoucher? […] Lorsque je j’ai des pensées ridicules, elles se bousculent dans mon esprit et ne me laissent jamais en paix, jusqu’à ce que je les ai accomplies. Je n’y puis rien, encore même aujourd’hui. Posté de vant le cercueil, je rêvais aux lits des vampires, aux frissons que nourrit ce simple grincement des charnières, puis à l’hébétude qu’avait suscité chez moi le corps de mon père baignant dans sa colique et, enfin, son cercueil pitoyable taillé dans une méchante planche de résineux. Connaissez-vous le vertige indomptable du corps qui parle malgré soi? Ce jour-là, mon esprit m’ordonnait de m’étendre dans le cercueil. J’eus donc le caprice insensé de grimper dans la boîte pour comprendre l’effet de cet enfermement. »

  • INTRIGUE: ♦♦♦♦♦
  • PERSONNAGES: ♦♦♦♦♦
  • ECRITURE: ♦♦♦♦♦
  • ORIGINALITE: ♦♦♦♦♦

Dès les premières lignes du roman, on sait que l’on assiste à l’audition de Victor Renard au cours de son procés et que l’on va apprendre pourquoi il est devenu l’homme le plus détesté de Paris. Durant onze jours, il va livrer son histoire au tribunal et au lecteur. Et quelle histoire!! Son enfance malheureuse, la mort tragique et ridicule de son père, le collège, sa mise en apprentissage, ses bonnes et mauvaises rencontres, il confesse tout avec sincérité et une bonne dose de dérision. L’auteure nous livre cette confession dans un roman admirable autant pour sa forme que pour son contenu: on suit sans jamais s’ennuyer le parcours de Victor, naïf et maladroit, jamais à court d’idées pour se sortir des situations les plus mal engagées et entourés de personnages hauts en couleur. On ne souhaite à personne d’avoir une mère comme la sienne, Pâqueline, sorte de mégère hurlante, sale, âpre au gain et ayant la main leste, qui ne cesse de lui donner les surnoms les plus moqueurs (« Victordu, Victorgnole, Victorchon… »). La vie quotidienne des parisiens à la fin du 18ème siècle est formidablement bien décrite dans un style qui mêle le phrasé littéraire pour les descriptions et la truculence et la gouaille pour les dialogues, souvent crus et réalistes. Cette fresque historique à l’humour toujours présent, nous plonge dans les secrets des embaumeurs et de leurs techniques mais aussi au coeur du commerce illicite des organes momifiés, en particulier les coeurs, destinés aux peintres qui les transforment en vernis et couleurs (le « brun momie »). L’historienne de l’art qu’est Isabelle Duquesnoy nous invite à voir d’un oeil différent certains tableaux célèbres… L’Embaumeur, précis dans sa documentation (certaines scènes sont choquantes) et virtuose dans sa narration, est un roman passionnant, qui ne peut laisser indifférent et dont l’atmosphère rappelle Le Parfum de Patrick Suskin, par la précision de la reconstitution historique, la création d’un personnage hors-norme et la place accordée aux odeurs et aux sensations. Une très belle réussite!

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s