Le poids des secrets – Aki SHIMAZAKI *****

IMG_20180817_145856_305.jpgLe poids des secrets est une saga en cinq volumes qui relate l’histoire d’une famille japonaise vue par différents membres de celle-ci. Chaque volet de la pentalogie n’est pas une suite du précédent, mais apporte une autre vision, un autre point de vue sur le récit. Les Horibe et les Takahashi portent en eux des secrets, petits ou plus lourds, et leur histoire traverse les évènements du 20ème siècle, du début des années 1920 à aujourd’hui.

« – Ojîchan (grand-père), pourquoi les lucioles émettent-elles de la lumière ? Il répond : – Pour attirer des femelles. Je suis étonnée : – Alors, les lucioles sont-elles mâles ? – Oui. Les femelles sont des vers luisants. Elles émettent aussi de la lumière, mais elles ne volent pas. Les deux s’échangent des messages amoureux en clignotant. Je m’exclame : – Comme c’est romantique ! – Oui, dit Ojîchan. Au moins pour nous, les Japonais. En France, il existe une superstition étrange : ces lumières seraient les âmes des enfants morts sans avoir reçu le baptême. Pour les gens qui y croient, ces insectes sont bien sinistres. Le mot « sinistre » me fait penser à la scène du soir de la bombe atomique qu’Obâchan (grand-mère), m’a racontée une fois : « J’ai vu une volée de lucioles au-dessus du ruisseau, qui était écrasé par les ruines des bâtiments. Les lumières de ces insectes flottaient dans le noir comme si les âmes des victimes n’avaient pas su où aller. » Je me demande où ira l’âme d’Obâchan. Va-t-elle errer pour toujours entre ce monde et l’autre monde ? Ses jours sont comptés. J’espère qu’elle trouvera le calme et pourra mourir en paix, comme Ojîchan.

  • INTRIGUE: ♦♦♦♦♦
  • PERSONNAGES: ♦♦♦♦
  • ECRITURE: ♦♦♦♦♦
  • ORIGINALITE: ♦♦♦♦♦
  1. Tsubaki (Camelias): ce premier volet nous amène à Nagazaki pendant la Deuxième Guerre mondiale à travers une lettre laissée à sa fille par Yukiko, une survivante de la bombe atomique et dans laquelle elle révèle un lourd secret porté seule tout au long de sa vie.
  2. Hamaguri (Coquillages): la même histoire mais cette fois les faits sont racontés par Yukio, le demi-frère de Yukiko. On entre plus avant dans la pofondeur des secrets, de nouveaux éléments jaillissent et éclairent l’histoire d’une lumière différente.
  3. Tsubame (Hirondelles): ce troisème tome nous fait repartir en 1923, lors du tremblement de terre qui ravagea la ville de Tokyo et à l’occasion duquel les autorités japonaisess’en prirent violemment aux ressortissants coréens. Mariko, la mère de Yukio, personnage présent en filigrane jusqu’ici, est au centre et exprime la souffrance de ceux qui ont perdu leur identité.
  4. Wasurenagusa (Myosotis): l’auteure nous entraine sur les traces de Kenji, le père adoptif de Yukio. Devenu un vieil homme heureux et apaisé, le hasard d’une conversation l’amène sur la tombe de celle qui fut sa nurse et à découvrir une autre part de vérité sur ses origines.
  5. Hotaru (Lucioles): Mariko, dont les jours sont comptés, se confie à sa petite fille Tsubaki sur les conséquences qu’a eu sur sa vie sa relation avec adultère avec un homme manipulateur. Tsubaki, douce et intelligente est elle-même sur le point d’entrer dans ce cycle des secrets et du poids à porter.

Le poids des secrets est un savant mélange d’Histoire et de drame familial, raconté dans un style sobre, ciselé et envoûtant. Chaque volet est court et peut se lire d’une traite. Maitrisé de bout en bout, très émouvant, ce roman fait réfléchir sur les non-dits, les mensonges, le poids des origines, l’infidélité et les conséquences de chacun des actes des différents personnages. Aki Shimazaki, canadienne d’origine japonaise qui écrit en francais évoque parfaitement avec douceur et tension et un minimum de mots et d’effets ce qui est tacite, indicible à travers un kaleidoscope de points de vue; les secrets s’emboitent et se répondent et seul le lecteur a finalement une vue d’ensemble de ce puzzle familial profondément marqué par l’Histoire: le tremblement de terre de 1923, la bombe atomique, le sort des catholiques japonais… Un cycle romanesque intemporel à la force tranquille.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s