La disparition de Josef Mengele – Olivier GUEZ ****

IMG_20180908_181640_787.jpg1949: Josef Mengele arrive en Argentine.
Caché derrière divers pseudonymes, l’ancien médecin tortionnaire d’Auschwitz croit pouvoir s’inventer une nouvelle vie à Buenos Aires. L’Argentine de Peron est bienveillante, le monde entier veut oublier les crimes nazis. Mais le passé va rattraper Mengele et le médecin SS doit s’enfuir au Paraguay puis au Brésil. Son errance de planque en planque, déguisé et rongé par l’angoisse, ne connaîtra plus de répit…

« Rolf Mengele est un jeune homme tourmenté. A chaque fois qu’il se présente, l’accueillent un silence gêné, des regards embarrassés. Mengele, comme… ? Oui, Mengele. Le fils de Satan. Maudit patronyme, sa croix et sa bannière, jamais il n’oubliera sa consternation et son chagrin le jour où il a découvert en lisant les journaux, peu après l’enlèvement d’Eichmann, que l’oncle badin qui lui racontait des histoires de gauchos et d’Indiens à l’hôtel Engel était son père, le médecin tortionnaire d’Auschwitz. Funeste famille: élevé par sa mère, devenu avocat à Freibourg, Rolf fuit le clan de Günzburg. Il méprise le silence des Mengele sur les crimes de son père et leur dédain pour ses victimes. Leur solidarité tribale, leur cupidité, leur lâcheté lui sont odieuses. Rolf se revendique de gauche, en lutte contre le capitalisme et le fascisme, les Mercedes, l’hypocrisie et la conscience tranquille de la bonne société ouest-allemande. Rolf est un enfant contestataire de l’après-guerre, que ses cousins Dieter et Karl-Heinz surnomment « le communiste ». Un rebelle, mais un rebelle fragile, empêtré dans ses contradictions, torturé par ce père encombrant et venimeux. »

  • INTRIGUE: ♦♦♦♦
  • PERSONNAGES: ♦♦♦♦
  • ECRITURE: ♦♦♦♦
  • ORIGINALITE: ♦♦♦♦

Josef Mengele, médecin dans le camp d’Auschwit, chercheur zélé qui affectionnait particulièrement les expériences sur les jumeaux et collectionnait les yeux bleus, qu’il épinglait tels des papillons sur les murs de son bureau, a participé activement à l’extermination de dizaines de milliers de personnes. Comme de nombreux criminels nazis, il est parti se cacher en Amérique du Sud après la guerre, où il a bénéficié du soutien de nombreux pairs également en exil, et de l’aide financière de sa famille (de riches industriels) restée en Allemagne. Au-delà des éléments biographiques passionnants collectés par Olivier Guez pour écrire ce roman-documentaire, l’intérêt principal du livre porte aussi sur la mise en contexte de l’après-guerre, des prémices de la Guerre Froide à travers une question fondamentale: pourquoi le gouvernement argentin a-t-il accepté de recueillir ces hommes et leurs proches, leur épargnant ainsi les procès qu’ils auraient dû affronter en Europe? On comprend parfaitement comment, dans sa mégalomanie, Juan Perón entendait profiter du conflit larvé qui opposait l’Est et l’Ouest pour tirer son épingle du jeu et devenir un acteur incontournable de la scène internationale, aidé en cela par de jeunes et fringants fascistes, brillants scientifiques et militaires… Le roman porte sur la période 1949-1979 et suit au plus près Mengele dont le lecteur partage la fuite, les errances puis la traque par le Mossad et la fin de vie terré dans une ferme brésilienne, une existence qui ne fut que frustration, paranoïa, maladie et acrimonie, de bien douces souffrances au regard de celui qui reste l’un des pires meurtriers de l’histoire, un homme abject, sans remord, convaincu jusqu’à sa mort que sa « mission » était légitime… L’écriture d’Olivier Guez est volontairement factuelle, sans grand style littéraire, mais diablement efficace et addictive: il est difficile de lâcher ce roman qui joue à la fois sur la fascination morbide qui nous pousse à lire par exemple des romans de tueurs en série et sur le devoir de mémoire que nous avons pour les victimes de la barbarie nazie. Un roman très convaincant.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s