22/11/63

LIVRE: 22/11/63 – Stephen KING (2011) *****

SERIE: 22/11/63 – Bridget CARPENTER (2016) – 8 épisodes ***

Rappel de l’histoire:IMG_20180313_155517_715

Jake Epping, professeur d’anglais, se voit révéler par son ami Al l’existence d’un portail temporel lui permettant de voyager jusqu’en 1958. Al, malade et ayant déjà fait cette expérience, lui demande d’aller dans le passé afin d’empêcher l’assassinat de Kennedy le 23 novembre 1963.

 

3 différences principales entre le livre et la série 

  1. La première partie du livre est largement coupée dans le premier épisode de la série. Avant de se lancer dans cette aventure, Jake fait plusieurs aller-retour dans le passé, il expérimente le portail afin de prendre la mesure des changements qui se produisent lorsqu’il modifie un élément du passé. A chaque fois qu’il revient en 2011, il annule son séjour précédent. Cette étape permet à Jake et au lecteur de comprendre les règles du voyage dans le temps et surtout de prendre en compte toutes ses implications. Dans la série, il ne part qu’une fois, cela semble facile et donc un peu superficiel: on a l’impression que son immersion dans les années 60 ne pose aucun problème alors que dans le livre, il est souvent perdu dans ce « nouveau » monde. Cela a pour conséquence un manque de tension narrative et d’enjeu au début de la série.
  2. Les scénaristes ont changé la date d’arrivée dans le passé: 1958 dans le livre, 1960 dans la série. 2 années qui font la difference car Jake doit attendre 5 ans avant de mettre son plan à exécution, ce qui est un gros sacrifice personnel et demande une plus grande implication dans le quotidien des années 60: la construction de sa nouvelle vie est davantage développée dans le livre, ce qui donne plus de profondeur au personnage.
  3. Un personnage, absent du livre, apparait dans la série: Bill, qui apprend dès le deuxième épisode le secret de Jake et décide de l’aider. Ce qui peut paraitre une bonne idée se révèle un peu décevant dans la trame narrative: en effet, la création de ce personnage est surtout une ficelle qui permet de remplacer la voix-off du livre par des dialogues autour de la vie de Jake et surtout de sa mission. L’histoire gagne en rythme mais ce personnage est un peu laissé de côté et finalement peu développé.

Conclusion: Retranscrire les 1000 et quelques pages du roman de Stephen King était évidemment un pari difficile à tenir. Le scénario de la série reste en grande partie fidèle à l’histoire, même si des coupes importantes ont du être réalisées au détriment de la richesse narrative et de la complexité du personnage de Jake. L’ensemble reste cependant plaisant et agréable à suivre. L’atmosphère des années 60 est bien rendue (costumes, décors, mentalités). On peut également regretter le choix de James Franco pour incarner Jake (acteur peu expressif dont le jeu ne permet pas de mettre en évidence toutes les questions et inquiétudes du personnage). Enfin, sur le plan technique, les images sont très sombres (en particulier pour les scènes d’intérieur), on a parfois du mal a voir réellement ce qui se passe sur l’écran.

(17/03/2018)


 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s