#Player One

LIVRE: PLAYER ONE – ERNEST CLINE (2011) *****

FILM: READY PLAYER ONE– STEVEN SPIELBERG (2018) ****

Rappel de l’histoire:IMG_20180325_152227_699 2044. Wade Watts passe son temps dans l’OASIS, un monde virtuel où chacun peut faire et être tout ce qu’il veut et oublier le délabrement de la vie sur Terre. Sous son avatar Parzifal, il rêve secrètement d’être le gagnant de l’immense chasse au trésor mise au point par James Halliday, créateur de l’OASIS et d’accéder à son héritage. Il devra pour cela désoudre des défis et affronter ceux qui veulent s’accaparer ce monde virtuel.

Les principales différences entre le livre et le film:

  1. Le début: le film nous plonge quasi immédiatement  dans l’OASIS en expliquant son orhine et son fonctionnement par la voix off de Wade. Les premiers chapitres du roman prenaient le temps de décrire le quotidien de l’adolescent, les vie dans les piles, l’école, ce qui permettait de mieux comprendre la vie en 2045 et de s’attacher davantage à Wade. De plus, dans le livre, son avatar Parzifal, trop pauvre, n’a pas directement accès à tout l’OASIS.
  2. Les épreuves: les modifications scénaristiques les plus importantes concernent les épreuves que doivent affronter les chassoeufs pour arriver au bout de la chasse au trésor. La première épreuve n’est plus un partie du jeu de rôles Donjons et Dragons, mais une incroyable course de voitures (passion de Spielberg depuis Duel). Dans la deuxième, Wade ne doit plus jouer le rôle de Matthew Broderick dans Wargames; cette séquence est remplacée par une visite hilarante et terrifinate dans la maison de Shinning. Lors de la dernière épreuve, Parzifal est face à une borne d’arcade du jeu de tir Tempest, puis il doit rejouer des scènes de Sacré Graal des Monty Pythons. Le livre et le film se rejoignent après cette séquence pour la découverte de l’Easter Egg.
  3. Les clins d’oeil à la pop-culture: Il est à noter que Spielberg a éliminer toutes les références à ses propres oeuvres contenues dans le livre. Le film, comme le livre, est truffé de références aux séries, films, musiques, jeux vidéos des années 80. Une différence: le moyen de locomotion de Parzifal dans l’Oasis n’est plus le vaisseau des chasseurs rebelles de la Star Wars mais la fantastique deLorean de Retour vers le futur.
  4. Daïto et Cho: dans le livre, ses deux personnages, chassoeufs eux aussi, ne se rebcontre pas et ne rencontrent pas Wade dans la vie réelle. Par ailleurs, les scénaristes ont choisi de passer sous silence un épisode noir du livre: celui de la mort de daïto, suicidé par les Sixers.
  5. I-Rok: le princopal homme de main de Nolan, qui veut s’approprier l’Oasis, est dans le livre un chassoeuf riche mais incompétent. Dans le film, on ne le voit que sous la forme de son avatar, mi sorcier mi tueur à gages.
  6. Wade et Samantha: dans le livre, la relation qui s’établit entre les deux personnages se fait exclusivement dans le monde virtuel et ils ne se rencontrent qu’à l’ultime séquence. De l’histoire d’amour virtuelle, Spielberg ture une love story plus ancrée dans le réelle et dont la fin est moins ambigüe
  7. L’extra-balle: la vie supplémentaire dont Parzifal bénéficie pour terminer sa dernière épreuve lui est donnée par Ogden Morrow lui-même, incarmation d’un personnage de l’Oasis.

CONCLUSION: Pour une fois, le livre et le film se complètement et s’enrichissent mutuellement: l’oeuvre de Spielberg est loin d’être d’une fidélité absolue, mais on sent bien qu’il a parfaitement compris et intégré l’essence du livre, son atmosphère, le projet de l’auteur et qu’il a su la retranscrire à l’écran avec subtilité. Les différences permettent au film de se démarquer, de se réapproprier l’histoire et de travailler sur un visuel époustouflant! Le mieux est encore de voir le film et ensuite de se plonger dans le roman qui donne plus de chaire aux personnages et met en place une apocalyptique vision de notre futur proche.